SAN-ANTONIO

Le Roman de San-Antonio

 

 

couv tome 1

 San-Antonio
poussa la porte
et
Frédéric Dard
entra

Tome 1 : première époque (1921-1971)
(456 pages, format 160 x 240 mm)

 

 

 

Né la même année que San-Antonio, considéré par Frédéric Dard comme « le premier des fidèles » puis « le plus féal
de [ses] féaux », Fred Hidalgo sera proclamé, à l’occasion du 50e   anniversaire du héros et porte-parole de l’écrivain,
Grand Connétable de la San-Antoniaiserie  ! Témoignage d’une longue complicité affective, semée de confidences inédites et d’entretiens exclusifs, d’anecdotes drôles ou émouvantes, d’embûches et d’impondérables également,
cet ouvrage retrace l’histoire du romancier français le plus novateur (et populaire) du XXe siècle qui, un jour, poussa
la porte de l’imaginaire d’un lecteur de quinze ans
(futur fondateur du Club San-Antonio et de son bulletin Le Petit San-Antonien) et entra chez lui – pour de bon ! – à l’époque où il tentait de refaire sa vie, « même au prix de sa mort ».

 

1966-frederic_fred pour 4eUn récit à deux voix et quatre mains où se dévoile l’essentiel : l’humain généreux, humble et désespéré, « mais avec élégance », derrière son double de papier à l’humour irrésistible et ravageur, génie de l’outrance et du bon sens sous des dehors politiquement incorrects. Mais aussi l’homme de lettres tiraillé entre sa face « académisable » et celle du « pisse-copie » dynamiteur en chef de la langue française, malaxée avec constance et gourmandise, cinq décennies durant, quitte à être longtemps cloué au pilori par l’intelligentsia médiatico-littéraire.

C’est le siècle de Frédéric Dard (1921-2021), d’abord journaliste puis auteur aux multiples facettes (quelque trois cents livres, vendus à plus de deux cents millions d’exemplaires de son vivant), dramaturge, scénariste, dialoguiste, nouvelliste et même librettiste, que l’on découvre ou revisite au cours de cette traversée de l’intime. Plus qu’un recueil de souvenirs, plus qu’une biographie, c’est un véritable roman, un roman vécu (en deux tomes : le second, San-Antonio sans alter ego, est complété d’un cahier photo et d’importantes annexes), foisonnant de personnages hauts en couleur, qui émerge au terme du voyage : le roman de San-Antonio.

___________________

couv Tome2 petite

San-Antonio
sans alter ego

Tome 2 : seconde époque (1971-2021)
(380 p. + cahier photo 16 p.
n&b et couleur, suivi d’annexes :
repères biographiques,
l’œuvre Dard – livres, théâtre,
cinéma, télévision… –, documents d’archives exclusifs, etc.)

 

 

En 2021, Frédéric Dard aurait eu 100 ans et plus d’une occasion de se dilater la rate en écoutant les people célébrer post-mortem sa gloire et ses dons de précurseur, alors qu’un demi-siècle plus tôt, à de rares exceptions près,
on lui tournait volontiers le dos. En 1971, si le grand public plébiscitait le petit monde de San-Antonio, son créateur restait tricard dans les émissions littéraires et la belle
société qui ne voyaient toujours en lui qu’un vulgaire auteur de romans de gare. Sous couverture policière, il bâtissait pourtant une œuvre au style novateur et à la prose hilarante,
singulière aussi dans la gravité de ses apartés, mais follement revigorante, surtout dans sa traque sans trêve et
sans fin d’une espèce honnie qui le rendait xénophobe :
la race des cons, seuls « véritables étrangers de l’existence ».

 

FH-FD-Paris ITV 97Tout basculera au début de la décennie suivante après que Frédéric Dard et San-Antonio auront « opéré leur jonction »… Réconcilié avec lui-même, salué dans la presse, loué sur les plateaux de télé, vénéré par des pensionnaires du quai Conti et courtisé par celui de l’Élysée, l’auteur de Bourgoin-Jallieu connaîtra vingt glorieuses, ponctuées de quatre à cinq San-Antonio par an (tiré, chacun, jusqu’à 600 000 exemplaires !) et de chefs-d’œuvre hors saga aux titres improbables : Y a-t-il un Français dans la salle ?, Faut-il tuer les petits garçons qui ont les mains sur les hanches ?, La vieille qui marchait dans la mer

La leçon de « la plus grande épopée littéraire de l’après-guerre », en 174 épisodes (et 9 hors-série) ? Avoir rendu plus belle et heureuse la vie de plusieurs générations de lecteurs (et de lectrices !) qui attendaient « le prochain » comme leur pain quotidien. San-Antonio a fini néanmoins, malgré l’essai transformé par Patrice Dard de le prolonger d’une quinzaine d’années, par devenir « maigre et poli, parce que mort et silencieux ». Mais pour ses féaux, qui se comptaient par millions, a fortiori pour son Grand Connétable de la San-Antoniaiserie, San-Antonio reste présent, bien vivant et à jamais sans alter ego.

quichote1

 

Copyright © 2013-2022 Fred Hidalgo Tous droits réservés

Site réalisé par David Balny et Mauricette Hidalgo